Articles.

« C’est une bonne église ! »

Que faut-il dans une église locale pour qu’on puisse dire « c’est une bonne église ! » ? Je suppose que chacun cherche quelque chose de différent. Notre église a pu accueillir plusieurs personnes. On aimerait qu’ils restent mais parfois ils viennent tout simplement pour faire un bout de chemin avec nous. On a un jour posé la question à quelques-uns, un dimanche matin. Qu’ont-ils dit à propos de l’église ?

  • « Binche est une ville accueillante et en plus on a notre église ici maintenant. Ça fait plaisir de se retrouver entre frères et sœurs. Espérons que ça continuera de progresser ! » 
  • « C’est une agréable famille, vraiment intéressante à découvrir. Il y a plusieurs générations aussi. »
  • « C’est un petit groupe où on peut s’exprimer tels que nous sommes. On peut être soi-même et ça, je crois, pour moi, c’est l’essentiel : de grandir où on n’a pas besoin de porter de masque. » 


Il est certain que plusieurs éléments doivent être réunis avant qu’on puisse dire de nous « c’est une bonne église ». On peut peut-être les résumer sous trois volets.


Authenticité
Une foi vécue en toute sincérité, c’est beau à voir. Jésus félicite la sincérité de Nathanaël même avant qu’il ne le suive (Jean 1 :47) et il critique vivement l’hypocrisie des autorités. Il faut que nous soyons authentiques en tant que personnes avec une foi vivante et entièrement vraie.


Solidité
La bible est notre guide. Depuis plusieurs millénaires beaucoup ont trouvé la révélation de Dieu dans la bible entièrement fiable. Encore une fois, Jésus est notre exemple. Il enseigne la véracité des Ecritures (Matthieu 5 : 17) et insiste sur la nécessité de suivre sa parole (Matthieu 7:24). Dans un monde où tout bouge, notre foi est fondée sur un roc solide.


Ouverture
L’accueil sincère de toutes personnes de tout arrière-plan est sûrement un but louable. Jésus accueillait des gens de tout bord : Nicodème, « l’enseignant d’Israël » (Jean 3) les enfants (Marc 9:36) et une femme prise en adultère (Jean 8) ! Un bon test pour l’église serait de voir si vous êtes bien accueilli chez nous !


Alors, sommes-nous « une bonne église » ? Non, pas encore ! Mais nous voulons cheminer et progresser ensemble. Pourquoi ne pas venir nous dire « bonjour ». Il se peut que vous ayez envie de faire un bout du chemin avec nous ou encore mieux, d’y rester !

 

Groupes « découverte »

La Bible ? On lui a fait dire tant de choses ! Tant d’horreurs ont été faites au nom de Dieu ! Quelle tristesse de voir qu’un si beau message ait été détourné par des hommes mal intentionnés. Que dit-elle, en fait ?


Nous organisons régulièrement des soirées « découverte », à la demande de personnes voulant un peu mieux comprendre le message biblique. Il s’agit généralement de cinq soirées de discussions autour d’une tasse de café. Nous ouvrons l’évangile de Luc pour voir qui est Jésus. Qui dit-il lui-même qu’il est ? Qu’a-t-il fait et pourquoi ? La série s’allonge souvent à la demande des participants qui se posent tant de questions et veulent réfléchir avec d’autres hommes et femmes, embarqués dans le même monde de souffrances qui nous laisse si souvent perplexes.


Par le passé, plusieurs amis ont trouvé les discussions au sujet de la bible très enrichissantes. Que nous soyons d’accord ou que nous ayons des opinions bien variées, la découverte du message biblique est encore pertinent pour l’homme du 21ème siècle. En général dans ces groupes, la ligne directrice n’est pas d’ouvrir la bible pour une interprétation purement personnelle selon une sensibilité individualiste mais de placer ces textes anciens dans le contexte littéraire et historique de l’époque pour mieux comprendre le sens original que les auteurs anciens voulaient transmettre.


Cela vous intéresse ? Voulez-vous ouvrir la Bible avec nous ? Chez vous ou chez nous ? Vous voulez inviter d’autres amis dans la discussion ? Nous sommes ouverts à divers formats pour partager avec vous ce message qui a changé nos vies. Prenez contact avec nous !
 

 

En route...

Avez-vous déjà constaté comment le Seigneur peut mettre quelqu'un sur votre chemin, de temps à autres, pour vous montrer la bonne direction ? C’était justement le cas pour un ministre éthiopien dans le livre des Actes, chapitre 8. Il avait visité Jérusalem pour louer Dieu et il était sur le chemin du retour. Alors qu’il lisait sa bible sans y comprendre grande chose, il fut interrompu par un homme qui courrait à pied à côté de son char !
- Vous comprenez ce que vous lisez ? demande l’étranger.
- Comment voulez-vous que je le comprenne si je n’ai personne pour me l’expliquer ? répond notre ami.
Il invite alors l’étranger à s’asseoir à côté de lui pour une étude biblique en chemin ! Voilà un homme de bonne attitude, qui prend le temps d’aller à Jérusalem pour louer Dieu et qui veut apprendre la vérité en lisant dans la bible. Mais ça ne suffisait pas. Il avait besoin du message et d’un enseignant. Nous ne sommes pas seuls dans notre voyage ici-bas et Dieu nous a créés ainsi. Il se peut que vous lisiez ce message justement parce que vous vous êtes éloigné de votre église, de votre communauté pour une raison ou autre.

- Oui, Charles !, dites-vous, c’est une longue histoire... 
Vous lisez votre bible tout seul parfois mais ce n’est pas facile. Vous avez besoin d’un enseignant. Dieu ne nous a pas créés pour faire route tout seul. On a besoin les uns des autres. On a besoin de son message et d’un enseignant. L’enseignant pour le ministre éthiopien s’appelle Philippe, un homme sage, digne de confiance et rempli de l’Esprit de Dieu. Voilà justement le genre d’enseignant dont nous avons besoin. Puis-je vous encourager de rebrousser chemin pour retrouver votre communauté ?
La fin de notre histoire est formidable. Philippe a expliqué la bonne nouvelle de Jésus Christ à partir du passage d’Esaïe que l’éthiopien était en train de lire. Puis l’éthiopien s’est converti. Il a pu donner sa vie à Jésus Christ et a été baptisé dès qu’ils ont trouvé un point d’eau. 

L’histoire de l’Eglise nous dit que c’est probablement cet éthiopien qui a déclenché la naissance de l’Eglise sur son propre continent : l’Afrique ! Il se peut que Dieu ait mit ce message sur votre chemin pour vous réorienter. Dieu sait ce qu’il peut faire de votre vie une fois dans la bonne direction ! 

Alors, bonne route !

 

Venez voir !

Venez voir !
« Environ trois mille personnes furent ajoutées au nombre des croyants.» 1
- Quoi !? A Binche ?

Non, malheureusement pas. Bien que nous ne les refuserions pas s’ils voulaient venir ! C’était en effet, après une prédication de l’apôtre Pierre à la naissance de l’église dans le livre des « Actes » (chapitre deux).

Nous avons constaté que les gens ont besoin de passer du temps au sein d’une église (certains préfèrent le terme communauté, c’est plus moderne, plus familial). Ils ont besoin de sentir « chez eux ». En plus, ils ont besoin de bien évaluer les pratiques et les croyances pour voir si nous suivons telle ou telle tradition ou si nous cherchons plutôt à nous modeler directement sur les Ecritures. Il faut dire que c’est une bonne chose de bien évaluer une communauté avant d’en faire pleinement partie ! Il ne faut pas être dupe ! Bref, les Binchois ont besoin de « goûter et voir que le Seigneur est bon » 2 et que la communauté est en train de suivre et d’imiter du mieux qu’elle le peut, le maître - Jésus-Christ. C’est lui qui nous invite. Alors comme aux premiers disciples, Jésus nous dit : « venez et vous verrez. » 3

1. Actes 2 :41
2. Psaume 34:8
3. Jean 1:39
 

 

Protection !

Psaumes 121

Le livre des psaumes dans la bible est en quelque sorte le livre de cantiques chantés par le peuple d’Israël. C’est chouette de penser que Jésus même a chanté ce livre avec ses disciples. Certains des ces cantiques ont été chantés en route vers la capitale Jérusalem, pour les grandes fêtes. Imaginons l’atmosphère chargée quand toute une foule se rassemble pour monter à Jérusalem pour louer Dieu.
Ils commençaient déjà la louange avec les cantiques le long du chemin.

Pourtant, ils étaient loin et rencontraient pas mal de problèmes. Dans le psaume 120, le psalmiste parle de sa détresse de vivre parmi des menteurs et des gens violents. En quelque sorte, il pourrait décrire la Belgique au 21ème siècle. Nous n’avons plus confiance en ces gens qui mentent constamment. Un petit coup d’œil au JT nous montre les temps dans lesquels nous vivons. Il y a eu un braquage violent au Cora, et encore un incident de « happy slapping », violence gratuite filmée pour mettre sur l’Internet. Pour nos pèlerins, c’était aussi dangereux le long du chemin. Au début du psaume 121 l’auteur regarde les montagnes avec crainte. 

« D’où le secours me viendra–t–il ? » s’écrie-t-il.

C’est souvent le cri de nos cœurs. Si nous regardons les problèmes dans nos vies, nous sommes parfois tentés de baisser les bras et d’admettre la défaite, mais le psaume ne le permet pas. Il poursuit : 

« Mon secours vient de l’Eternel ». Et vers la fin: « Oui, l’Eternel te gardera de tout malheur : il gardera ta vie. »

Quelle formidable promesse ! Dieu a chaque aspect de nos vies sous son regard. Il utilise des idées opposées, jour et nuit, soleil et lune, départ et arrivée, pour montrer la totalité de sa protection. Pourtant, je constate que ce n’est pas une protection contre chaque petit bobo qui pourrait arriver. Dieu veille sur nous afin d’assurer notre arrivée à la destination. Et quelle destination ! Jérusalem ! 

Dans le psaume qui suit, on voit qu’ils sont arrivés. Et Jérusalem est décrite comme une ville parfaite. Si les pèlerins montaient à la ville terrestre, notre destination à nous est la ville céleste, la nouvelle Jérusalem. Pour nous qui sommes en route avec Dieu, il nous protège et sa protection est complète. Alors, même si nous venons de loin, même si nous avons des difficultés le long du chemin, c’est Dieu qui nous protège ; c’est lui qui assure notre arrivée.

« L’Eternel veillera sur toi de ton départ à ton retour,
dès maintenant et à jamais. »